Expat Inc. An 1, statut: terminé.

C’est à Shanghai, en beauté, que notre première année d’Expat’ en Chine s’est terminée. La tête et le coeur riche d’une expérience unique, nous sommes repartis vers le Québec, faire le plein d’énergie pour mieux entamer notre deuxième année.

Les douze derniers mois ont été parsemé d’aventures et de découvertes hautes en couleurs et en émotions. Bien que les souvenirs soient plus positifs que négatifs, une pause de la Chine pour l’été nous était absolument nécessaire.

Avant de remettre les pieds en terre natale, j’étais à la fois fébrile de retrouver nos familles et amis autant que nerveuse de me sentir comme une étrange même dans mon propre pays.

Heureusement, ça n’a pas été le cas, au contraire. Bien que vivre en Chine a un peu remodelé les individus que nous sommes, nous n’en avons pas oublié nos racines pour autant.

Revoir nos proches, constater que nos relations sont restées intactes et reprendre là où l’on avait laissé m’a personnellement rassurée. Merci au blogue et aux médias sociaux d’avoir rempli leur mission.

De retour au bercail, j’ai réalisé à quel point mon identité de Québécoise est forte.

Une identité ça se goûte, ça se contemple, ça se parcourt au gré des chemins imprévisibles, ça s’entend, ça se sent sur les battures comme dans les bois…

Plus encore, que dire de la lumière, du bleu du ciel, du vent frais, de l’horizon à perte de vue, de l’accent, du sourire et de la chaleur humaine des Québécois. Il faut parfois s’éloigner et prendre du recul pour apprécier…

Bien que j’aime voyager, découvrir la Chine et l’Asie en général, le Canada et le Québec sont trop imprégnés en moi pour que je puisse leur dire adieu complètement.

Pour mes enfants, notre expérience est une opportunité incroyable et un cadeau qui n’a pas de valeur que de leur permettre de maîtriser une deuxième et une troisième langues aussi jeune, mais en même temps, mes sentiments sont partagés entre ce fait et celui que pendant ce temps, nous les privons de la présence de leurs grands-parents au quotidien. Tout comme de cette identité Québécoise qui pour ma part, m’habite profondément.

J’aime me dire, si ce n’est pas me convaincre, que la vie est faites d’expériences de toutes sortes et que mes enfants sauront trouver leur propre identité à travers ce qu’ils vivront.

Ils deviendront des enfants de cette troisième culture

Être expatriés, c’est une posture, un regard, une attitude, une décision, que nos enfants n’ont pas choisis.

Lorsque je ferme les yeux et que je retourne en arrière, je ne peux m’empêcher de revoir mon fils pleurer certains de ses jouets auxquels ils tenaient lors de notre période de transition l’été dernier. Entre la vente de la maison et le moment du grand départ. Je l’entend encore me dire qu’il veut retrouver son lit, sa chambre et la maison…

Je repense également à ma fille, lors de sa première semaine à l’école et à sa frustration de ne pouvoir ni comprendre les gens ni s’exprimer. À cette sensation de différence qui la marquait pour la première fois. Je me souviens notamment d’un épisode d’intimidation de la part de ses camarades de classe parce que ne maîtrisant ni l’anglais et encore moins le mandarin, elle était la plus vulnérable.

Bien sûr que le temps résorbe cette vulnérabilité. Après un an, le bilan des réussites versus celui des difficultés est beaucoup plus élevé. Ceci dit, en tant que mère, je ne peux parfois m’empêcher de remettre nos choix en question.

Globalement, je sais que mes enfants sont heureux et évoluent normalement. Certains pourraient même dire qu’ils sont privilégiés, je ne dis pas le contraire, n’empêche que dans ma tête de mère, il n’en subsiste pas moins un mais…

On appelle ça l’envers de la médaille… 😉

Fort heureusement, l’été fut d’un grand réconfort par rapport à toutes mes craintes.

D’ailleurs, parlons-en! Qu’avons-nous fait durant ces 6 dernières semaines?

Nous avons profité de la vie, de la famille, de nos amis et même d’un peu de temps pour nous; notre couple. Lentement et simplement. Sans se soucier de la température et de ce qui se passe sur les médias sociaux. La vie comme elle devrait être plus souvent…

Personnellement, ça m’a fait du bien de revenir aux sources. J’ai maintenant le goût d’écrire et de créer à nouveau.

Voyages, formations, collaborations, plan d’affaire, rédaction d’un livre et plus encore sont au programme. Cette année, maintenant que le choc culturel s’est estompé, peu importe les résultats, je compte profiter pleinement des opportunités qui se présenteront.

UNDEFEATED. Le meilleur est à venir… #staytune

Crédit photo couverture: Chuttersnap

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :